Valle del Jerte et cerisiers en fleurs – Estrémadure

  • Quand partir ? Le must pour la valle del Jerte et l’Estrémadure… fin mars/début avril lors de la floraison des cerisiers. La valle se couvre de blanc, 2 millions de cerisier en fleurs. Attention les prix des logement peuvent grimper très vite. Néanmoins la région a de nombreux atouts et il est agréable de s’y promener du printemps à l’automne. Il peut faire très chaud l’été en Estrémadure mais il y a de nombreux points d’eau (rivières et cascades) grâce au Jerte.  
  • Comment se déplacer ? En voiture, vous serez plus libre d’accéder aux petits villages et cascades. Attention les routes sont assez étroites et sinueuses. La vallée est située à un peu moins de 3h de Madrid et 2h00 au nord de Merida, la capitale de la région.  
  • Budget ? Il est possible de trouver des chambres avec sdb privée et petit-déjeuner pour 40€-50€. Pour manger tout dépend de l’endroit mais vous pouvez très bien manger pour une 15aine d’euro par personne. C’est la région la plus pauvre et rurale d’Espagne, les prix sont attractifs pour les touristes.
  • Combien de temps y rester ? Nous avons passé 2 jours là-bas et c’est suffisant pour voir beaucoup de choses, mais en 3 ou 4 jours il est aussi possible de faire plus de visites dans la région (Caceres, Guadalupe, Merida, etc.).
itinéraire valle del jerte cerisiers

Où dormir ?

Nous avons dormi dans le petit village de Arroyomolinos de la Vera dans la Casa Rural La Toza. 2 nuits pour 94€, très bon rapport qualité prix. La chambre est « rural » mais très propre, beaucoup de charme et de confort. Un bon compromis pour la découverte de la valle del Jerte, de ses cerisiers et de l’Estrémadure.

Plusieurs bars dans le village pour seulement 400 habitants. On comprend que l’Espagne soit le pays avec le plus de bars par habitants. Coup de cœur pour le Bar El Tozon juste en face de la maison. Un joli poêle avec du feu et un personnel très agréable pour un dernier verre avant de se coucher. Le petit-déjeuner se prend dans le bar La Parilla, juste à côté aussi. Il est inclus dans le prix de la chambre, un café et des churros ou tartines.

Les cerisiers en fleurs, la perle de l’Estrémadure

Il est assez difficile de prévoir le moment de la floraison, mais le site internet de la vallée met régulièrement à jour les informations. Cette année les deux meilleurs week-end furent les derniers de mars. Pas de chance pour nous, nous y étions une semaine avant, à cause du Covid la région a fermé juste pour cette période. Mais nous avons quand même eu un petit aperçu de ce que cela pouvait être avec les premières fleurs.

Attention les cerisiers ne fleurissent pas tous en même temps. Les tout premiers commencent en basse altitude, notamment entre Navaconcejo et El Torno (là où nous les avons vu en fleurs), puis terminent dans les zones plus froides et en altitude comme Tornavacas. Il est assez difficile de s’arrêter et prendre des photos sur la route N-110. Il vaut mieux prendre les petites routes entre chaque village.

En une journée il est largement possible de voir les cerisiers tout en prenant son temps. L’itinéraire conseillé est le suivant Navaconcejo – Rebollar (à 12 minutes) – El Torno (à 10 minutes) – Casas del Castanar (à 17 minutes) – Barrado (à 10 minutes) et Piornal (à 10 minutes).

Les cascades et piscines naturelles, fraicheur dans la vallée

Les piscines naturelles les plus célèbres de la région sont Los Pilones situées dans le parc naturel Garganta de los Infiernos (les gorges de l’enfer, pas très touristique comme nom !). Pour s’y rendre il suffit de se garer  au Centro de Interpretación puis marcher pendant une petite heure.

A une 15aine de minutes en voiture de là se trouvent Las Nogaledas, une suite de sept jolies cascades. Le chemin est bien indiqué et la balade dure plus ou moins 2h30. Le départ se fait depuis le village de Navaconcejo. Un vrai coup de cœur pour moi car il est au bord de la rivière. Beaucoup de bars et restaurants presque les pieds dans l’eau, c’est un cadre paisible pour passer l’après-midi. Il est possible de laisser la voiture au Puente Viejo pour la balade.

La cascade la plus spectaculaire serait celle du Caozo à 25 minutes de voiture. 30 mètres de hauteur et seulement une centaine de mètres de marche pour y accéder. Nous nous sommes arrêtés aussi à la cascade La Desespera sur le chemin, à 18 minutes de là, elle est en bord de route.

Notre chasse aux cascades s’est terminée aux piscines naturelles Las Pilatillas juste avant notre visite au monastère (il se trouve à 10 minutes). Ce sont de grandes piscines au bord de la route, on imagine beaucoup de monde l’été, l’eau est très claire. A 5 minutes de marche et moins connue se trouve la Garganta mayor avec aussi de jolies piscines. Pour la petite histoire, Alex est venu en aide à un papa tombé dans l’eau avec pantalon, portefeuille, portable, sous les yeux de sa femme en colère et ses enfants mort de rire.

Monastère de Yuste et cimetière Allemand

Cimetière Allemand

C’est un peu par hasard et assez surpris que nous sommes tombés sur ce cimetière allemand. Situé tout près du monastère de Yuste, il est possible de rejoindre les 2 à pied en 5-10 minutes pour éviter de se garer 2 fois.

Il a été décidé en 1980 de regrouper tous les restes des soldats allemands morts sur le territoire espagnol pendant les 2 guerres mondiales. 26 soldats de la première guerre et 154 de la seconde y reposent. Certains sont identifiés et d’autres non. Ils appartenaient principalement aux forces sous-marine ou d’aviation.

L’entrée est gratuite et la visite se fait rapidement car le cimetière est petit, mais c’est un endroit que nous avons beaucoup aimé, calme et chargé d’histoire, comme le cimetière allemand de La Cambe en Normandie.

Monasterio de San Jerónimo de Yuste

Le monastère est connu mondialement car il fut la dernière demeure de l’empereur Charles Quint en 1558. Il a d’ailleurs était classé patrimoine national et européen.

Il est ouvert tous les jours de la semaine, sauf les lundis. Attention c’est un site assez touristique, il est recommandé de prendre ses entrées sur internet pour éviter la longue file d’attente à l’entrée. L’entrée coute 3,5€ et peut se prendre ici sur le site officiel. La visite dure une bonne heure, le monastère est assez incroyable et il honore toujours sa fonction première.

Mirador de la Memoria, l’Estrémadure, terre d’Histoire

Nous avons découvert l’endroit grâce au documentaire incroyable El Silencio de Otros, d’Almodóvar. Le film a reçu le prix espagnol (Goya) du meilleur documentaire en 2018. Il parle du pacte de silence qui s’est fait à la fin du franquisme et comment des centaines de familles se sont vues obligées d’oublier les assassinats des membres de leurs familles. Beaucoup se battent aujourd’hui pour pouvoir ouvrir les fosses communes, récupérer les restes de leurs proches et les enterrer avec la famille.

Dans le film, on voit plusieurs scènes de ce mirador. Il s’agit de 4 sculptures particulière, 3 hommes et 1 femme nues, surplombant la vallée. Si vous vous approchez des statues vous pouvez voir des impacts de balles. Quelques jours après l’inauguration du mirador certaines personnes ont manifesté leur mécontentement (surement des nostalgiques de la dictature…). Le mirador se trouve juste à la sortie du village El Torno.

Plasencia, la grande ville de la valle del Jerte

Nous avons passé la fin de journée à Plasencia, une jolie petite ville de 40.000 habitants, ancienne cité médiévale construite au XII siècle. Et la spécificité de la ville c’est qu’elle a … 2 cathédrales ! La cathédrale vieja du XII siècle et la cathédrale nueva du XV siècle qui était destinée à remplacer l’ancienne. Seulement 5 autres villes en Espagne en ont 2 et elles sont bien plus importantes. Il s’agit de Salamanca, Vitoria, Zaragoza, Lérida et Cádiz.

Baladez-vous dans le centre historique pour découvrir sa Plaza Mayor pleine de vie avec ses grands porches qui abritent de jolies terrasses, ses petites ruelles de pierres et ses anciens bâtiments comme le teatro Alkazar avec presque un siècle d’histoire. Vous pouvez aussi entrer dans son Parador, un ancien couvent converti en hôtel. Si vous ne connaissez pas encore les Parador, il s’agit d’une chaine d’hôtel de luxe créé il y a 90 ans pour promouvoir le tourisme en Espagne dans les monuments historiques.

A l’entrée de la vieille ville, vous pouvez observer sa jolie muraille encore bien conservée ainsi que son aqueduc. Pour diner nous avons adoré le bar à tapas Tentempie dans le centre. Une grande terrasse dehors et beaucoup de choix de tapas des 4 coins du monde. Nous avons optés pour le Tabbouleh, les tacos ibericos, un petit hamburger et un pain perdu aux sardines (un régal !).

Si vous décidez de passer plusieurs jour en Estrémadure, mon article ici sur Cacéres, Guadalupe et Trujillo.

1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *